• Michèle Alonso

Comment dire au-revoir à 2018 ?

Encore une année qui va se rajouter à la liste déjà (trop) nombreuse des années passées sur cette planète. Enfin, peut-être plus pour moi que pour vous. Vous avez le choix entre sortir le mouchoir et vous lamenter parce que la date fatidique (celle de votre mort se rapproche et rien qu’en lisant ceci, vous en ressentez le froid). Ouh là là que voilà des idées bien sombres Michèle !!


Rassurez-vous je vais vous proposer autre chose de bien plus sympathique. Je n’ai pas envie d’avoir votre dépression sur la conscience.


Oui, comment dire au-revoir à 2018 ? Je vous suggère des idées de voyage toujours possible même si vous n’avez pas encore réservé. Voici quelques idées de destination pour marquer différemment ce rituel de passage d’une année à l’autre.


  1. 1) En changeant de lieu pour vous démarquer.

Vous n’avez pas eu l’idée de partir parce que les enfants, la famille, les pépètes, le « j’ai besoin de calme », le « j’ai du pain sur la planche » et pourtant vous avez encore le temps de choisir au moins 3-4 destinations pour vous changer les idées, voir autre chose, y faire la fête de façon différente. Oui, je reconnais c’est une option pour ceux qui aiment la nouveauté, le changement. Pour les autres, et bien, vous n’avez qu’à essayer. Où aller ?



Londres : the place to be. Imaginez vous à Trafalgar Square à minuit au milieu de cette foule à laquelle vous ne comprenez peut-être rien (ça c’est pour ceux dont le niveau d’anglais est celui du collège, au mieux celui du lycée et de la fac). Pas grave, ils seront aussi éméchés que vous et là un espace de compréhension se créera. Vous verrez les filles en chemisier alors qu’il fait -5°. Si, si. Rien que pour ces minutes, cela vaut le coup. Et puis, Londres c’est la capitale du pays où sont nés les Beatles, les Pierres qui roulent, les Who, les Yardbirds, David Bowie, le rugby, le football, Led Zeppelin, les Clash, les Sex Pistols, Queen et tant d’autres que j’oublie ou que j’aime moins :) . Nous, à côté, on a eu Johnny. Il n’y a pas photo quand même!! Donc, rien que pour ça, on y va. Et, puis Londres c’est une ville tellement cosmopolite mais qui n’oublie pas qu’elle est anglaise avant tout même si ils ont voté anti-brexit. Ah le Brexit! Il n’y a que les Anglais pour inventer un truc pareil. Donc, c’est le moment d’y aller avant qu’ils ferment les portes sur eux-mêmes. Enfin, c’est l’opinion vue par les autres Européens. Ce que je vois, c’est que les Anglais en perfide Albion seront quand même présents au Parlement Européen. J’imagine tout cet espace vide laissé par les députés britanniques. Si la salle n’est pas transformée, ils agiront comme les membres fantômes dans l’assemblée. Ah, trop fort ces Anglais !! C’était ma minute politique. D’autres raisons d’y aller : la conduite à gauche, les pubs, le foot, le théâtre, Soho, le British Museum et la conduite à gauche parce que je tiens à votre vie.


pub irlandais


Dublin : on reste dans l’atmosphère de la langue de Shakespeare même si l’accent est bien différent. Pas sûr(e) de tout comprendre ? Pas grave : il y a la bière, le whisky irlandais mais oui mais oui, les pubs où vous pouvez rester toute la journée sans voir le jour : il y fait sombre et quand fumer n’y était pas interdit, c’était quelque chose cette atmosphère enfumée. Mais, il y a souvent un ou deux violons qui traînent et c'est parti pour une session de danses irlandaises. L’ambiance est donc au top et à votre retour, vous chercherez partout les endroits où vous pourrez continuer d'apprendre les pas de danse irlandaise. Pas mal comme hibernation pendant quelques jours, non?



Barcelone : à l’opposé des deux autres, soleil souvent assuré, ambiance sangria à volonté. Une architecture bien spécifique, la plage, les marchés dans le centre-ville. Un avant-goût de vacances au soleil. L’Espagne quoi. Ne le dîtes pas trop fort, ça va vexer les Catalans.


Berlin : il n’y a plus le mur, plus de checkpoint Charlie. Donc où sont les raisons d’y aller ? Je ne vous dirai rien si vous y avez déjà réservé votre billet.


Amsterdam : le charme des canaux, les musées, les vélos, les pavés, les coffee-shop – attention risque de ne rien voir de votre séjour, un peu comme en Irlande mais pas les mêmes moyens. En même temps, comme on ne comprend rien à la langue, ce n'est peut-être pas plus mal :) .

  1. 2) En restant chez vous.

Pour ceux qui sont similitudes et pour ceux ou celles qui sont options et qui se sont cassé la jambe. Je vous entends dire "ça veut dire quoi être similitude ou être option," Je reconnais : j'ai utilisé un raccourci de jargon PNL. Etre similitude c'est avoir des comportements qui se répètent : aller à la messe tous les dimanches :) ou aller au même bistrot après la messe du dimanche (si vous avez des origines irlandaises :) ) bref vous m'avez comprise :) . Etre option c'est donc l'inverse : rechercher la nouveauté et du choix presque à chaque occasion. Sauter dans le train en marche pour aller à Londres par exemple.


  1. 3) En faisant un voyage plus intérieur.

Celui que je vous propose ici : une revue rapide de 2018 (je vous connais, vous n’avez pas envie d’y passer des heures) et de ce qui a été important pour vous. Oui, je sais c’est moins fun que le voyage et c’est aussi moins cher que l’option 1 mais ça vaut son pesant de cacahuètes même si elles vous font grossir.

Cela consiste à 3 questions qui vous amènent à avoir une position dissociée. Vous referez votre parcours de 2018, des images s’imposeront à vous, des sensations certainement. Vous pouvez appliquer ces 3 questions dans tous les domaines de votre vie (mais là c'est moins rapide :) ). Ainsi, avec ce rituel, vous fermerez les pages de ce livre de 2018 sereinement, tranquillement et vous serez prêt(e) pour vous projeter en 2019 (dans dix-neuf, il y a neuf – oui, je sais elle est facile mais qu’est ce que vous voulez, on est en fin d’année). Alors, prêt(e) pour ce voyage même si vous avez choisi l'option 1 ou 2 :) ?


Très belle dernière semaine de l'année à vous!!


Je m'inscris

à la newsletter!